fbpx

Article écrit le 15/09/2014 sur ancien blog

Les canaux sensoriels d’acquisition représentent un outil qui vient de la programmation neurolinguistique (PNL). Le but est de présenter les différents canaux, d’en expliquer le fonctionnement, les manières de les détecter chez autrui. Cet état des lieux est le prélude à un autre article à venir qui traitera de l’aspect pédagogique des canaux sensoriels.

 

Provenance

 

Bandler et Grinder (créateurs de la PNL en 1975) sont partis d’un constat simple. Notre monde est perçu par nos 5 sens :

 

  • La vue       (V)
  • L’audition (A)
  • Le kinesthésique((Ensemble des perceptions tactiles, motrices et organiques)) (K)
  • L’odorat    (O)
  • Le goût     (G)

 

Les sens reçoivent un certain nombre de stimuli extérieurs qui sont envoyés vers le cerveau qui à son tour les interprète. Cette interprétation permet de créer une construction mentale de ce qui nous entoure et a fortiori à donner corps à notre environnement.

 

Bandler et Grinder se sont vite rendu compte que l’un de nos sens est dominant sans pour autant que les autres canaux ne soient délaissés. Ils coexistent dans une moindre mesure. La PNL utilise l’acronyme VAKOG qui représente la première lettre de chaque canal sensoriel. Les trois premières sont les sens primaires et les deux dernières sont considérées comme les secondaires. Dans certains cas, ces sens dits secondaires peuvent devenir primaires dans certains métiers comme dans la parfumerie ou encore la cuisine. Les personnes dans ces domaines ont le sens de l’odorat et du goût particulièrement développé. La PNL simplifie le VAKOG en VAK car les canaux, olfactif et gustatif, sont considérés comme des prédispositions. Ces canaux sont naturellement utilisés lors de l’acquisition d’information et lors de la mémorisation.

 

Avant de développer plus avant cet article, il serait intéressant de voir la proportion de la population par rapport aux canaux sensoriels.

 

Pourcentage des visuels – auditifs – kinesthésiques

 

Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a((How Your Learning Style Affects Your Use of Mnemonics, Mind Tools Ltd., (1998), Yapton, England : http://www.mindtools.com/mnemlstylo.htm et Brown, B. L., (1998), Learning styles and vocational education practice : http://www.calpro-online.org/eric/docs/pab00007.pdf, consulté le 10 septembre 2014.)) :

 

  • 65% de visuels
  • 30% d’auditifs
  • 5% de kinesthésiques

 

Cependant, il est assez difficile de trouver des études qui corroboreraient ces dires. Après bien des recherches, plusieurs études ont été mises au jour avec des résultats divers.

 

Suite à une étude menée sur demande du département de l’éducation du Canada, il a été conclu après avoir analysé les réponses à un questionnaire qui a été donné à plusieurs milliers d’étudiant(e)s que((Le Programme-cadre français langue première, (1992), Gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador Ministère de l’Éducation, Division du développement des programmes : http://www.ed.gov.nl.ca/edu/k12/french/languepremiere/documents/Annexes.pdf, consulté le 10 septembre 2014.)) :

 

  • 20% seraient auditifs,
  • 40% seraient kinesthésiques/tactiles,
  • 40% visuels ou une combinaison de visuels et visuels/kinesthésiques/tactiles

 

Selon Bechu D.((Bechu, D., (2011), Management relationnel 1, connaissance des autres et affirmation de soi. Conférence professionnelle ENVA : http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=1563, p. 18, consulté le 10 septembre 2014.)), il y aurait :

 

  • 40% de visuels
  • 40% d’auditifs
  • 20% de kinesthésiques

 

Une autre enquête menée par Jean-François Michel((J-F. Michel, (2014), Les 7 profils d’apprentissages, Eyrolles, deuxième tirage, p. 41.)) arrive aux résultats suivants :

 

  • 58% de visuels
  • 27% d’auditifs
  • 15% de kinesthésiques

 

Jeni Sebora((http://www.herald-journal.com/archives/2005/columns/js040405.html, consulté le 10 septembre 2014.)) sur base de statistiques différentes auxquelles elle aurait eu accès, en arrive à la conclusion qu’il y a :

 

  • 40 à 65% de visuels
  • 30 à 40% d’auditifs
  • 5 à 20% de kinesthésiques

 

Au regard de ces statistiques, l’ensemble de ces pourcentages donne un intervalle plus ou moins élevé pour chaque canal légèrement différent de ce que trouve Jeni Sebora :

 

  • 40 à 65% de visuels
  • 20 à 40% d’auditifs
  • 5 à 40% de kinesthésiques

 

Outils

 

Il est possible de connaitre le canal sensoriel privilégié d’une personne de deux manières :

 

  • Les mouvements oculaires
  • L’utilisation de certains termes ou expressions qui sont liés directement avec le canal dominant (les prédicats)


Les mouvements oculaires

 

Au niveau non verbal, les mouvements oculaires sont les indicateurs de ce que pense une personne, lorsque celle-ci fait un effort mental. Les mouvements permettent de savoir à quel type d’informations la personne fait appel. Selon les pnlistes, cela met en avant la stratégie inconsciente de traitement de l’information à laquelle il a recours. Ci-dessous, le schéma représente les différents mouvements oculaires d’une personne droitière à qui on parle et qui fournit un travail de représentation mentale.

 

Canaux sensoriels : visuels, auditifs et kinesthésiques

Calibration des mouvements oculaires en face de notre interlocuteur

 

Les yeux peuvent aller à gauche ou à droite et pour chacune des directions, il y a 3 positions possibles : en haut, au milieu et en bas ce qui représente six représentations mentales possibles. Les côtés “gauche” et “droite” sont donnés par rapport à la personne qui fait face à l’interlocuteur

 

  • A gauche
  1. En haut : visuel construit : la personne imagine, se fait une représentation mentale visuelle. Elle crée des images.
  2. Au milieu : auditif construit : la personne compose, se fait une représentation mentale auditive. Elle crée des séquences de sons, des messages sonores.
  3. En bas : kinesthésique : la personne cherche à retrouver des sensations, des pensées liées au mouvement.

 

La personne imagine, crée, se souvient par reconstruction du passé

 

  • A droite
  1. En haut : visuel remémorée : la personne se rappelle des représentations mentales, des images comme si elles étaient projetées devant elle
  2. Au milieu : auditif remémorée : la personne se rappelle des messages auditifs, des sons, des bruits, des expressions déjà entendus
  3. En bas : auditif interne digital : la personne se parle à elle-même. Elle est en dialogue interne.

 

La personne relate un événement passé ou encore inventé.

 

En ce qui concerne les gauchers, il suffit d’inverser a, b et c avec leur correspondant grec.

 

Les mouvements oculaires permettraient donc de découvrir quand quelqu’un ment car il serait en visuel construit, c’est-à-dire qu’il serait en train de construire et d’imaginer une scène au lieu de se souvenir. Par exemple, une personne est interrogée par la police pour un crime. La police lui demande de relater les faits. Les policiers s’attendent à ce que la personne tourne les yeux à droite ce qui représente ce qu’elle a vécu. Si elle tourne les yeux à gauche, les policiers suspectent que cette personne invente et construit une scène mentalement.

 

Cependant, il est tout à fait possible de passer au travers des mailles car avec un peu d’entrainement, il est possible de maîtriser ses yeux comme les comédiens, les acteurs et les politiciens. Il se peut aussi que quelqu’un mente en tournant ses yeux à droite car cette dernière s’est entraînée pour son mensonge et que ce mensonge soit complètement intégré.

 

Les prédicats

 

L’emploi des mots ou des expressions est un indicateur important du canal sensoriel dominant chez une personne tant au niveau verbal qu’écrit. Selon le canal de la personne, des termes spécifiques ressortiront comme des phares. Pour organiser leurs expériences et les partager, les personnes auront accès à leurs souvenirs et s’exprimeront avec un ensemble de termes liés à la vue si elles sont visuelles, à l’audition si elles sont auditives et à leur ressenti si elles sont kinesthésiques. Voici quelques prédicats((Fèvre, L., Soto, G., (2007), Le praticien en PNL. Manuel d’autoformation et de travail en groupe, Chronique sociale, p. 59.)) qui reflètent chacun un canal :

 

  • Visuel : Je vois, c’est clair, c’est lumineux, regarder, illustrer, observer, miroir aux alouettes, en voir de toutes les couleurs, voir rouge, perspective, à première vue, briller, rayonner…
  • Auditif : entendre, parler, bruit, rythme, écho, enregistrer, faire la sourde oreille, tendre l’oreille, sur la même longueur d’onde, cacophonie, répéter, chanter, résonner, harmonie…
  • Kinesthésique : toucher, sentir, excité, avoir du flair, saisir, sensation, garder le contact, la tête sur les épaules, gros sur le cœur, éprouver, manipuler, encaisser, chaleureux, pression…

 

La liste est pour ainsi dire “infinie”. Le principe est d’être à l’écoute de l’autre. Grâce aux prédicats, il est aussi possible d’améliorer notre communication avec autrui et d’entrer dans le monde de notre interlocuteur. Pour cela, il faut utiliser le même langage, c’est-à-dire que s’il utilise par exemple des mots auditifs, il est nécessaire d’utiliser les prédicats du même canal, ainsi votre interlocuteur se sentira à l’aise et en phase avec vous.

 

Les canaux sensoriels ont souvent été décriés par bien des personnes. Cependant, ils n’ont jamais été autant enseignés et utilisés dans divers domaines comme la pédagogie, le marketing, la gestion mentale qui découle des travaux d’Antoine Payen de La Garanderie

 

Le but de cet article, comme stipulé au début, représente l’assise de l’article suivant qui traitera des aspects pédagogiques des canaux sensoriels vis-à-vis des élèves, des étudiants et des enseignants.

 

 

 

 

Bibliographie

 

Bechu, D., (2011), Management relationnel 1, connaissance des autres et affirmation de soi, Conférence professionnelle ENVA : http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=1563.

 

Fèvre, L., Soto, G., (2007), Le praticien en PNL. Manuel d’autoformation et de travail en groupe, Chronique sociale.

 

How Your Learning Style Affects Your Use of Mnemonics, Mind Tools Ltd., (1998), Yapton, England : http://www.mindtools.com/mnemlstylo.htm et Brown, B. L., (1998), Learning styles and vocational education practice : http://www.calpro-online.org/eric/docs/pab00007.pdf.

 

Le Programme-cadre français langue première, (1992), Gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador Ministère de l’Éducation, Division du développement des programmes : http://www.ed.gov.nl.ca/edu/k12/french/languepremiere/documents/Annexes.pdf.

 

Michel, J-F., (2014), Les 7 profils d’apprentissages, Eyrolles, deuxième tirage.

 

http://www.herald-journal.com/archives/2005/columns/js040405.html.

 

http://www.ed.gov.nl.ca/edu/k12/french/languepremiere/documents/Annexes.pdf.

Dimitri KARAGIANNIS